Lara Bader

CNSMD Lyon

Née d’une impossibilité d’enchaîner les heures de travail, la rencontre avec Fabienne m’a permis de prendre conscience sinon d’améliorer mes sensations vis à vis de l’instrument. La tendance à penser le jeu instrumental sans se préoccuper de l’aspect physique est très répandue et pour le moins imprudente. Mon travail sur la posture s’est basé en premier lieu sur la prise en compte des muscles de soutien, mis en action pour libérer les moins endurants. Nous avons revu le rôle de chacun des muscles, recentré l’attitude physique afin de rendre disponible les muscles du haut du corps. Grâce à une économie de moyens et une installation plus sûre, le corps s’est mis en place, façonné pour de meilleures sensations et un rendu sonore plus satisfaisant. Outre ces prises de conscience, celle de la respiration me semble une des plus fondamentales. En effet l’apnée lors de pièces virtuoses favorise aisément les tensions. Concentré sur la partition, le cerveau oublie de se préoccuper de la circulation de l’air et sans même s’en rendre compte, tout se contracte. Le travail avec un ballon à gonfler pendant le jeu m’a permis d’une part d’apprendre à respirer mais également de découvrir le rôle du maintien abdominal, facteur stabilisant. Travail ludique avec des balles en mousse, des ballons à gonfler ou encore assise sur un shoggi, le travail postural s’est déroulé dans des conditions optimales facilitant la motivation et la volonté de sortir de cet état de douleur. Il va sans dire qu’après des années de tensions musculaires, la rémission se fait sur le long terme mais grâce à la patience et la persévérance, on peut espérer une amélioration. Part essentielle de notre apprentissage qu’est le travail postural, celui-ci devrait être le premier enseignement dispensé au jeune débutant et être envisagé pour tous musiciens, aguerris ou non, présentant des troubles physiques, sensations de gêne, sans attendre que celles-ci prennent de l’ampleur. J’invite tous les musiciens qui liront ce témoignage à prendre soin de leur corps, lui qui nous est si précieux et que nous avons parfois tendance à bafouer au nom de l’art.

Daniel ROSSIGNOL

& Bruno DUBARRY

Orchestre National du Capitole

Après 25 ans de pratique intensive de nos instruments au sein de l'Orchestre National du Capitole de Toulouse sur des places à responsabilités , violon solo et alto solo, nos corps nous ont envoyé quelques signaux forts avec pour l'un une intervention chirurgicale à l'épaule gauche et pour l'autre une tendinite bien installée. Dans ces moments de doutes Fabienne nous a donné les clés pour affronter ces nouveaux obstacles et trouver des solutions. Au fur et à mesure des séances nous avons redécouvert et travaillé les enjeux dynamiques ou posturaux de chaque muscles. Le plus passionnant fut le travail pratique avec l'instrument permettant de confronter les objectifs de la kiné et ceux de l'instrument. Cet échange extrêmement concret et régulier a joué un rôle crucial dans le moral et la dynamique positive de guérison. La force du travail proposé par Fabienne vient de sa connaissance des problèmes ergonomiques de chaque instrument qui permet à nous musiciens, une vraie appropriation des enjeux de la kiné dans tous nos gestes musicaux quotidiens. Un grand merci Fabienne !!!! Daniel Rossignol Bruno Dubarry